Mon compte


Créer un compte

Vient de paraître

Facebook

Retrouvez les Editions du Parvis
sur facebook!

Des nouveautés,
des prières de la semaine,
des infos, etc.

Je désire que tu aimes tout particulièrement ma petite enfance

Léonie Nastal – «J’ai cru à l’Amour»

Comme l’Esprit Saint a inspiré sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus sur la voie de l’Enfance spirtuelle, le Seigneur à travers Sœur Léonie Nastal est revenu longuement sur cette voie privilégiée vers la sainteté, voie offerte à tous, mais particulièrement aux personnes consacrées.

«Mon confesseur m’a recommandé de demander à Jésus de me faire connaître le chemin par lequel il entend me conduire. Avant même que je l’ai demandé, Jésus a daigné me dire: “Je veux que tu unisses en toi la voie de l’enfance spirituelle avec celle de grandes mortifications, y compris la disposition à accueillir toutes les grâces dont la Bonté divine voudra combler ton âme. Envers ton Père céleste, tu dois rester une petite enfant qui, de par sa simplicité, sa confiance totale et son dévouement sans borne, procure une grande joie au Père aimant. Envers Jésus, ton divin Epoux, tu dois être totalement anéantie, morte à tout, crucifiée avec lui. Envers l’Esprit Saint, tu dois être docile telle une enfant, humble comme l’enfant, satisfaite de tout, accueillante aux autres, aimante et compatissante avec chaque peine. Un enfant ne s’attaque pas à des choses qui le dépassent, car il sait qu’il n’y réussira pas alors que, ce dont il s’occupe, a pour lui une grande valeur, et c’est pourquoi il y met toute son âme. Il en est de même pour toi, ma petite sœur, adonne-toi à ton unique occupation et mets-y toute ton âme. Ton unique souci, c’est l’amour de Dieu par-dessus tout. Remets-toi totalement à l’amour, qu’il te change et te transforme.” (p. 109)
“Aimes-tu la petitesse, ma petite sœur? Les petits enfants fréquentent le plus volontiers les petits parce qu’ils se comprennent si bien mutuellement. Le langage des tout petits, incompréhensible pour les grands, a un vocabulaire très riche et les petits s’en servent bien. Ma petite enfant, j’aime la petitesse, aime-la, toi aussi. Même si le monde ne te comprenait pas, que t’importe? Je comprendrai bien ton gazouillement et je t’accompagnerai volontiers dans l’attitude enfantine. A force d’être petite, tu comprendras Jésus. Et pour bien comprendre Jésus, il faut avoir l’ouïe spirituelle hautement souple et aiguisée, il faut être fidèle aux désirs et aux inspirations de Dieu. Dans la petitesse, on peut avancer plus profondément et aller plus loin. Les toutes petites parcelles de la matière, on peut les diviser en de plus petites parcelles et en atomes – et où en est la fin? Léonie, l’âme humaine est grande aux yeux de Dieu, elle est comme la future princesse souveraine du royaume de Dieu. Mais à ses propres yeux, elle est – et devait être – petite, de plus en plus petite, jusqu’à ce qu’elle arrive à se prendre pour rien, moins qu’un atome. Et pourtant, Dieu se souvient de ce petit non-être, doué d’être, et il l’aime à tel point qu’il ne lésine sur rien pour la rendre meilleure, la glorifier et la revêtir de la gloire éternelle. Les tout petits ne savent pas écrire eux-mêmes. Il faut que quelqu’un dirige leur main. Pour ceux qui vont censurer tes écrits, ce sera un poteau-indicateur que ce n’est pas ton œuvre, car la petitesse n’en est pas capable. Dieu agit à travers le néant, Dieu parle à travers le néant qui lui permet d’agir à l’aise.”
“Aimes-tu Jésus?” – Je l’aime. Et à quiconque me pose cette question, Dieu ou créature, je répondrai à chacun: “Je l’aime.”
“Est-ce que tu l’aimes plein de gloire ou outragé par tout le monde?” – Qui me pose cette question? Est-ce toi, mon Jésus bien-aimé, tu sais que je t’aime aussi bien au milieu de ta gloire que couvert de tes souffrances. Je t’aime aussi bien en tant que tout petit Enfant que Roi de l’univers. Je suis prête à le répéter aussi bien devant le monde entier que devant la Sainte-Trinité.
“Moi aussi, je t’aime, Léonie mon épouse bien-aimée. Je désire que tu aimes tout particulièrement ma petite enfance. Chaque période de ma vie a une valeur infinie, divine. Le même Jésus se trouve éternellement dans la gloire auprès du Père, le même en tant que Nourrisson qui balbutie dans la crèche à Bethléem, le même qui enseigne, qui meurt, qui ressuscite et vit d’une vie glorieuse et sacramentelle. Ma servante, Thérèse de l’Enfant-Jésus, a abouti à la perfection en suivant la voie de l’enfance spirituelle. Monte d’un échelon, ou plutôt descends d’un échelon jusqu’à la petite enfance spirituelle.”
L’ayant entendu, j’ai hésité est-ce que, étant entrée sur une voie de toute petite enfance, je ne vais pas m’égarer sur le chemin d’un quiétisme passif. Mais la voix intérieure continuait:
“Y a-t-il sur la terre une vie plus passive apparemment que celle de Jésus dans l’Eucharistie? Et pourtant, c’est la vie la plus essentielle. Une fois que tu seras entrée dans la voie de la petite enfance, tu te rendras la plus semblable à Jésus dans l’hostie, à l’Enfant divin dans la crèche. Au fil du temps, je t’expliquerai en quoi consiste la voie de la toute petite enfance. Un nourrisson est surtout une personnification de l’innocence qui flamboie dans ses yeux d’un éclat ravissant. Dans son âme, la Sainte-Trinité vit en sécurité parce que personne n’est assez fort pour détruire le temple vivant de Dieu. Il est plus facile de détruire un temple en pierre, en marbre ou en autre matériel soudé par le ciment. Dans l’âme du tout petit enfant spirituel, l’innocence devrait être cultivé le plus minutieusement. L’âme se heurtera inévitablement au sensible, mais elle doit le traiter tel un tout petit enfant. L’amour tendre de Jésus, le souvenir de sa présence, la vie auprès du Cœur de la Mère Immaculée, feront que l’âme traversera la vie avec un cœur immaculé tout comme les Israélites sont passés par la mer Rouge à pied sec (cf. Ex 14,21 ss). Et si l’âme se confie totalement et sans borne à Dieu et à la Mère très sainte, elle ne connaîtra même pas la fatigue de la route, parce que Marie Immaculée transportera le nourrisson par la mer houleuse…”
Seigneur Jésus, est-ce que les âmes qui ont déjà perdu une telle innocence spirituelle, peuvent encore espérer la retrouver? Est-ce que les âmes déchues, accablées de graves fautes, peuvent encore solliciter cette innocence angélique du petit enfant?
“Oui, mon enfant. Le baptême d’amour leur rendra l’innocence angélique du petit enfant. L’amour repentant les conduira au pied de la croix, devant le tribunal de la pénitence. Le Sang de Jésus coulera sur elles sacramentellement, comme il a coulé avec l’eau du baptême, où l’ancien pécheur deviendra pur, tel un bébé après le saint Baptême. Léonie, les âmes croient trop peu en la vertu du sacrement de pénitence, c’est pour cela qu’elles se méfient de Jésus, même après la confession, tandis que Jésus est tout amour et pardon, il ne pense pas aux péchés pardonnés, il pense comment engager avec cette âme des liens d’amour et de dévouement réciproque.” (p. 116-118)»

Tiré de J’ai cru à l’Amour

 

Mots-clés