Mon compte


Créer un compte

Vient de paraître

De bons conseils pour votre santé

Parvis Santé: Corps - Cœur - Esprit
 

Combien d’oméga-9?
L’oméga-9, ou acide oléique, nous aide à réduire le risque des maladies cardio-vasculaires.
L’acide oléique se trouve comme acide gras saturé dans de nombreux oléagineux comme la noix de macadamia, l’amande, la noisette, l’huile d’olive, de tournesol, de carthame, les noix de cajou et l’avocat.
La quantité optimale à ingérer pour bénéficier des effets protecteurs de l’oméga-9 est de 50 g par jour. Cela correspond à une vingtaine d’amandes, de noisettes, de noix de cajou ou de macadamia par jour, ou à une cuillerée à café d’huile d’amande ou d’olive vierge biologique pressée à froid.
L’huile de sésame (40%) et le beurre de Karité (40 à 60%) sont aussi très riches en acide oléique.

Toxines à éviter pendant la grossesse
Dans le ventre de sa mère, la croissance du bébé est guidée par des molécules régulatrices des gènes, des facteurs de croissance spécifiques. Au fur et à mesure du développement de l’enfant un facteur de croissance est synthétisé pour assurer le développement d’une partie du corps du bébé: ce sera le système nerveux, les membres, les os de la colonne vertébrale, la peau, les viscères, etc.
Cette organisation est un miracle du Créateur.
Mais si les facteurs de croissance régissent le développement du bébé en agissant sur l’expression des gènes, c’est aussi le cas des perturbateurs endocriniens qui peuvent contrecarrer le phénomène génétique de l’enfant.
Si la mère est exposée à ces perturbateurs endocriniens, il est fort probable que le fœtus y soit aussi exposé. La formation du système nerveux périphérique et surtout du cerveau est une étape très importante pour le bébé à naître et l’exposition aux pesticides et à certains produits toxiques peut sérieusement abîmer la formation cérébrale de l’enfant.
Parmi les conséquences pour l’enfant d’une exposition in utero à ces toxines, il y a: un retard de développement mental, l’autisme, des problèmes de coordination musculaire, de graves problèmes d’élocution, le syndrome de Gilles de la Tourette (tics moteurs et vocaux), l’hyperactivité, la schizophrénie, etc.

Polluants environnementaux à éviter pendant la grossesse
Les organophosphorés (OP) sont utilisés comme pesticides contre les rongeurs et les vers, comme herbicides et parfois comme additifs dans certains produits issus du pétrole.
Les éthers diphényliques polychromés (PBDE) utilisés comme produits ignifuges dans les appareils électriques, les ordinateurs et certains textiles comme housses de sofa ou dans de vieux canapés d’avant 2005.
Les polluants de l’air issus de combustions industrielles, surtout les hydrocarbures polycycliques aromatiques (PAH) et le dioxyde d’azote.
Le plomb se trouvant dans l’eau du robinet pour les vieilles canalisations et dans les peintures.
Le mercure se trouvant dans la nourriture et notamment dans le poisson comme le thon rouge, l’espadon, le requin, etc.
Les biphéniles polychlorés (PCB) sont des produits chimiques utilisés dans la fabrication des équipements électriques que l’on retrouve dans les nappes phréatiques et les sols pollués.

Les hamburgers et leurs effets néfastes sur le cerveau des adolescents
Les hamburgers ne sont pas les seuls concernés. La consommation excessive en graisses saturées contenues dans la malbouffe comme dans les charcuteries, le beurre, l’huile de coco représente un danger évident pour le développement sain du cerveau de nos adolescents. Ceci d’après une recherche scientifique suisse.
Une étude publiée dans la revue Psychiatrie moléculaire s’intitule: «Hypervulnérabilité du cortex préfrontal des adolescents au stress nutritionnel via une carence en rééline (glycoprotéine produite par un gène au niveau cérébral).»
Pour mieux comprendre ce qui se passe dans le cerveau, voici deux précisions:
1. Le cortex préfrontal n’est pas la partie la plus anodine de notre cerveau. Elle est le siège de notre faculté de parler, de réfléchir, mais aussi en grande partie de nous souvenir. C’est la partie cérébrale qui s’est le plus développée au cours de l’évolution humaine et, pour cette raison, c’est aussi la partie qui finit le plus tard sa maturation chez tout individu. Pour être plus précis, cela signifie que c’est à l’adolescence que se manifeste la phase critique de ce développement!
2. Quelle est la nature de la rééline? Il s’agit d’une protéine jouant un rôle capital dans le développement de ces cerveaux n’ayant pas encore atteints toute leur maturité. Cette protéine permet aux neurones de se placer correctement. Cette carence en rééline dans le cerveau est associée à plusieurs troubles psychologiques comme l’autisme, la bipolarité, la schizophrénie. Ceci fut vérifié dans des études en laboratoire sur des souris.
Les chercheurs ont découvert qu’une trop grande consommation de produits riches en graisses saturées bouleverse ces protéines, affectant par conséquent le développement normal du cerveau. Ceci entraîne chez l’adolescent des difficultés d’apprentissage, un comportement agressif ou à risque. Le lien de cause à effet reste mystérieux pour les chercheurs qui continuent leurs recherches pour avoir des connaissances plus approfondies du phénomène.
Tout adulte ayant une alimentation trop riche en graisses saturées ne risque à moyen terme qu’une surcharge pondérale, du diabète ou des maladies cardiovasculaires. Cependant l’adolescent en phase terminale de maturité cérébrale risque selon les chercheurs des séquelles cognitives à vie. Voilà une raison supplémentaire pour les parents de redoubler de vigilance à cet âge déterminant! Un hamburger de temps en temps n’est pas dangereux pour la santé, mais quand il devient une régularité ou une habitude alimentaire, les conséquences peuvent être graves pour son avenir mental. Mieux vaut prévenir que guérir et une famille avertie en vaut deux.

Père François Zannini, naturopathe