Mon compte


Créer un compte

Vient de paraître

Les bons conseils pour une meilleure santé

Parvis Santé: Corps - Cœur - Esprit
 

La démence: un mal de notre civilisation
La maladie d’Alzheimer touche de plus en plus de gens vers la cinquantaine et la soixantaine. Que faire pour prévenir cette maladie?
Voici quelques causes qui peuvent engendrer à moyen terme la démence ou l’amnésie partielle ou générale dite la maladie d’Alzheimer.
Il y a d’abord la pollution atmosphérique comme les oxydes d’azote (responsables de l’effet de serre), l’ozone et le monoxyde de carbone. La pollution de l’air intérieure est aussi concernée. L’exposition fréquente à la fumée du tabac est aussi responsable d’une sévère forme de démence.
Parmi les métaux lourds en grande quantité dans l’eau, il y a l’aluminium qui se fixant sur les cellules cérébrales peut conduire à la démence et surtout à la maladie d’Alzheimer. Une expérience en France dans le sud ouest a permis de remarquer que 0,1 mg d’aluminium dans l’eau du robinet bue quotidiennement double le risque de la maladie d’Alzheimer.
Les chercheurs ont constaté qu’une quantité importante de malades souffrant d’Alzheimer étaient nés dans des aires géographiques plus concentrées en plomb que la moyenne.
Les solvants, les pesticides, les herbicides et insecticides s’avèrent bien associés au développement précoce de la démence ou de l’amnésie partielle ou totale.
La carence régulière en vitamine D est aussi un facteur d’amnésie partielle s’aggravant avec l’âge. On a remarqué que les personnes vivant près de pylône électrique étaient plus carencées en vitamine D que les autres.
Que faire pour atténuer cette maladie et la prévenir efficacement?
Mangez une nourriture la plus saine possible et évitez de consommer des poissons chargés en plomb et mercure comme l’espadon, le thon, le requin, le merlu, la sole, l’anguille, le brochet. Parmi les poissons plus comestibles, il y a l’anchois de l’Atlantique, les crevettes (évitez celle d’Asie), les noix de coquilles Saint Jacques, le saumon sauvage d’Alaska)
Consommez des fruits secs: amandes, noix, noix de cajou, d’Amazonie, noisettes, pistaches, graines de sésame riches en sels minéraux  et notamment en phosphore indispensable pour la mémoire.
Essayez de manger du fromage de chèvre, de brebis, des viandes blanches (dinde, poulet,), des œufs riches en protéines animales pour renouveler vos cellules cérébrales.
Mangez aussi des fruits, des légumes, du pain de petit épeautre non hybridé pour avoir beaucoup de sels minéraux, des oligo-éléments et acides aminés indispensable à la nutrition et vie cellulaire.
Faites des promenades en plaine, en forêt et loin des villes au bord de la mer, de l’océan, en montagne pour bien oxygéner vos poumons et votre sang et protéger vos cellules cérébrales d’un manque d’oxygène ou d’un air malsain.
Evitez le plus possible la vie en ville ou dans les zones polluées par l’oxyde de carbone et méfiez vous des aliments chimiques riches en pesticides, fongicides et additifs alimentaires chimiques.
Si la maladie est déclarée, l’huile de noix de coco est efficace contre cette maladie. Elle permet au cerveau de mieux fonctionner en actionnant la communication entre les neurones et notamment au niveau des centres de la mémoire.
Exercez votre mémoire en lisant chaque jour, en apprenant des citations, des numéros de téléphone, des codes bancaires, etc. faire travailler sa mémoire, c’est s’assurer de la conserver le plus longtemps possible.
Evitez de vous stresser, de vouloir faire trop de choses, vivez dans la régularité, dans l’ordre et dans un horaire assez bien réglé pour reposer votre organisme et votre cerveau.
Obligez-vous à apprendre chaque jour quelque chose en vous informant dans les domaines qui vous passionnent. Restez accroché à la vie, mais maîtrisez-la sans vous laisser dominer par le temps, la mode et l’esprit mondain.
Si vous croyez en Dieu, priez chaque jour en récitant des prières formelles ou personnelles qui élèveront votre esprit et votre cœur à la transcendance et vous garderont dans une paix relaxant corps et âme.
Gardez le contact avec les gens qui vous font du bien et vous apaisent et évitez ceux qui vous stressent, vous oppressent et vous angoissent parce qu’ils agressent physiquement et mentalement abîmant votre équilibre physique et mental fragilisé avec l’âge.
Le manque de vitamine D chez la femme enceinte
Le manque de vitamine D chez la mère durant la grossesse peut avoir une influence sur l’hyperactivité de l’enfant à la naissance.
Une étude a révélé que sur 1233 mères chez qui on avait prélevé le taux de vitamine D dans le cordon ombilical, les mères ont dû remplir un questionnaire visant à mesurer le trouble déficitaire d’attention avec hyperactivité.
L’étude a tenu compte des critères habituels dans ce type de recherche : l’âge de la mère, le tabagisme, les habitudes alimentaires, etc.
Le résultat est sans appel. La vitamine D dans le cordon ombilical s’est révélée annonciateur de la probabilité d’un futur trouble déficitaire d’attention avec hyperactivité. Chez l’enfant, plus le taux de vitamine D était bas, plus le risque de manque d’attention et d’hyperactivité était fort. Alors dites aux futures mères de prendre de la vitamine D entre octobre et avril et en été de prendre des bains de soleil pour avoir de la vitamine D.
La vitamine D et les femmes enceintes et les enfants
On peut lire parfois sur les flacons ou les boîtes des compléments alimentaires que certains produits ne doivent pas être consommés par les femmes enceintes et les enfants de moins de 12 ans. Mais en fait, ceci est pour se protéger d’éventuels risques d’incompatibilité entre la femme enceinte et le complément alimentaire et idem pour l’enfant.
Concernant la vitamine D, les femmes enceintes en ont besoin plus que les autres pour la formation du bébé: environ 2000 UI par jour en plus, soit 6000 UI par jour en moyenne. Cette supplémentation en vitamine D est conseillée pendant l’allaitement pour éviter les carences du nourrisson. La vitamine D passe dans le lait maternel et elle est ainsi transmise à l’enfant. Il n’y pas de danger pour une femme enceinte de prendre des oméga 3 indispensables au fonctionnement des neurones dans le cerveau. Cependant les femmes enceintes et les enfants doivent rester prudents avec les compléments alimentaires, les huiles essentielles et les plantes qui peuvent être dangereuses pour le fœtus. et les plantes qui peuvent être dangereuses pour le fœtus.
Y-a-t-il des solutions naturelles pour éviter les caries ?
Dans la vie de l’homme, on s’est aperçu à la période du Paléolithique que nos ancêtres avaient rarement des caries parce qu’ils étaient chasseurs-cueilleurs et se nourrissaient de ce qu’ils trouvaient.
Au Néolithique, la carie dentaire a fortement augmenté parce que l’alimentation reposait sur l’élevage et la culture des céréales. Celles-ci ne sont pas du sucre, mais de l’amidon et même si elles n’ont pas le goût du sucre, elles se transforment en sucre dans notre bouche. Cette prédigestion est déclenchée par une enzyme: l’alpha-amylase. Le sucre libéré va nourrir des bactéries dans la bouche. La première bactérie responsable s’appelle le streptococcus mutans. Ces bactéries vont éroder l’émail et faire apparaître à moyen termes des caries. Ce processus n’est pas le même pour tous, il dépend de la composition de notre flore bactérienne buccale. Celle-ci est déterminée d’une part à la naissance (les enfants nés par césarienne ont une flore buccale plus fragile parce que non enrichie par la flore vaginale de la mère, mais ceux qui sont nés par voie normale se voient enrichis de la flore vaginale de la mère) et d’autre part, par le mode de vie de l’enfant (un enfant introduisant des objets dans sa bouche modifie sa flore bactérienne buccale).
Voilà la raison pour laquelle certaines personnes ont plus de caries que d’autres.
Un bon moyen de limiter les risques consiste à manger moins de céréales (riz, pain, pâtes) ou de manger des féculents dont les glucides sont libérés avec parcimonie. C’est le cas des lentilles, des haricots rouges ou blancs, des pois chiches, des patates douces, du sarrasin, etc.
Quant au dentifrice au fluor protégeant les dents des caries, des études scientifiques indépendantes et non inféodés aux laboratoires ont démontré que le fluor n’avait aucun effet réel prévenant la carie. Cela paraît invraisemblable, mais c’est la vérité.

Père François Zannini, naturopathe