Mon compte


Créer un compte

Vient de paraître

Facebook

Retrouvez les Editions du Parvis
sur facebook!

Des nouveautés,
des prières de la semaine,
des infos, etc.

Heureux celui qui fait la volonté de Dieu

San Damiano - Témoignage

A San Damiano, Mamma Rosa a demandé à la Vierge quelle était la qualité la plus importante pour aller au ciel. Notre-Dame des Roses répondit: l’humilité. On se serait attendu à une autre réponse, la charité par exemple, car en 2013 notre intelligence nous fait mettre en doute toute chose. Cette réponse nous interroge:
Dans notre vie de tous les jours, nous n’avons pas entièrement pris conscience de ce qui est primordial, nous oublions le tout premier commandement de Dieu: «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton Cœur, de toute ton âme et de toutes tes forces.»
Si nous prions: «Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel», cela signifie que celle du ciel est acquise et que nous devons vivre les commandements de Dieu pour que sa volonté s’accomplisse dès cette terre et non interpréter les désirs de Dieu à notre convenance. Si nous avons l’humilité et l’amour, les désirs de Dieu sont les nôtres et ils sont la priorité. Il devient alors facile de mettre notre vie en accord avec le premier commandement pour préparer notre vie éternelle.
L’humilité nous en rend capables. Le Christ lui-même s’est soumis à la volonté de Dieu en s’incarnant et en acceptant la mort sur la Croix.
Avec l’humilité du cœur, la Vierge répondait à l’ange de l’annonciation: «Qu’il me soit fait selon votre parole.» La Parole de Dieu est une parole d’amour pour nous, ses enfants.
L’humilité nous pousse à être en accord avec la volonté de Dieu, qui n’est qu’amour pour sa créature. Ne pas mettre notre vie en accord avec les Commandements de notre Créateur, c’est vouloir juger ce qui est bien et mal et se faire l’égal de Dieu. Nous nous faisons notre vérité.
Le malin ne disait-il pas à Eve: «Vous serez comme des dieux», c’est-à-dire vous déciderez vous-mêmes de ce qui est bien ou mal? Nous nous plaçons souvent dans cette mouvance à titre personnel. De plus les lois perverses actuelles créent le bain qui envahit beaucoup de familles et altère notre jugement.
Quand par exemple, nous refusons à Dieu de l’honorer au moins une fois par semaine, nous faisons passer nos désirs avant lui et nous péchons gravement contre le premier commandement. Nous organisons notre vie sans cette priorité. L’humilité nous manque pour découvrir les bienfaits de la soumission aux lois d’amour de Dieu.
Quand nous décidons nous-mêmes de ce qui est bien, nous sommes juge et partie; notre intelligence nous aide à nous justifier. Notre péché consiste à refuser la loi de Dieu, à se mettre à sa place et à être à soi-même sa propre loi.
Le repentir porte en soit la joie du Seigneur et la guérison. Par l’action puissante du Saint-Esprit, la confession crée et réalise ce qu’elle promet, à savoir un cœur léger, libre et joyeux.
Dans les siècles passés, les hommes n’étaient pas plus saints que maintenant, mais ils le reconnaissaient humblement et pouvaient recevoir le pardon dans le sacrement de réconciliation. Quel pardon peut-on recevoir si on se justifie, pleinement satisfait de son agir? On reste hors du plan de Dieu. Notre manque d’humilité nous rend insoumis et nous rentrons sous la dépendance du maître de l’orgueil, l’Insoumis par excellence.
Nous nous trompons de chemin et, avec le temps, il devient impossible d’en être conscient.
Notre-Dame des Roses ne disait pas autre chose à San Damiano: «Le démon travaille les âmes, il leur prend leur esprit, il leur prend tout et alors elles ne comprennent ni le bien, ni le mal.»
Elles ne comprennent pas la nécessité de la prière, de la messe dominicale, de la confession, du mariage saint et sacré. Jésus a institué le sacrement du mariage pour toute la vie; avec l’amour qui nous rend capables de nous oublier, de pardonner, il nous conduit à la sérénité et à la sainteté.
Dans le cas d’une pratique religieuse aléatoire, certains catholiques sont surpris de ne pas être exaucés dans leurs prières. La lassitude aidant, ils en viennent à ne plus pratiquer, sont mécontents, mais ils se complaisent dans cette situation. Ce qui était solide devient fragile, en particulier le mariage.
Parmi les couples mariés, ceux qui demeurent fidèles à la prière, à l’eucharistie et à la confession, sont mieux protégés des attaques du malin que ceux dont la pratique religieuse est aléatoire.
La pratique religieuse régulière donne un très grand amour pour Jésus, une grande aptitude à aimer son conjoint et son prochain. On prend plaisir à prier ensemble et à louer Dieu en toute occasion, même dans la souffrance, et Jésus est heureux de nous venir en aide, il se fait plus proche.
Pour nous permettre de retrouver notre innocence première, Jésus-Dieu a versé son sang. Chaque goutte de ce sang est un océan d’amour qui doit nous entraîner à créer dès cette terre une société où règnent harmonie et amour, nous préparant à notre vie future.
Interpréter ou négliger les Commandements destinés à nous guider est une insulte envers Dieu, un acte lourd de conséquences, ce qui permet au malin de nous manipuler à sa guise et à notre insu.
Saint Pierre n’a t-il pas prévenu: «Satan rôde cherchant qui dévorer.» (1 P 5,8)
Conséquences: Des églises où les jeunes sont rares, un manque de prêtres, le regroupement des paroisses, la constante augmentation des divorces, des églises inutilisées.
C’est pourquoi le 29 mai 1970, la Maman céleste a déclaré à San Damiano: «Mes enfants, je suis revenue pour vous appeler à la prière et à la pénitence, pour vous appeler sous mon manteau, pour vous serrer dans mes bras de Mère aimante, qui aime tellement ses enfants de la terre. Je les voudrais tous autour de moi avec le chapelet en mains, car c’est l’arme la plus puissante pour vous sauver; l’arme la plus puissante pour monter au ciel.»
Dans un message donné à Axelle le 12 mai 2002, Jésus dit: «L’amour doit prendre la première place dans nos vies. Croire en Dieu sans l’aimer n’est pas croire. Croire en Dieu sans écouter sa Parole et sans l’accomplir n’est pas croire! Croire sans lui donner la première place n’est pas croire! Or, croire c’est vivre. Il faut choisir et agir. Comprenez l’enjeu et suppliez-moi de vous éveiller!»
Et le 31 décembre 2000: «Nul ne peut trouver le bonheur sur la terre sans accomplir ma Volonté divine.»
Et ce bonheur est intime et profond: il s’accommode de toutes les difficultés, obstacles et souffrances; car, dans cet accomplissement, l’être sait qu’il est à sa place. Cela n’est rendu possible qu’en pardonnant à nos ennemis, enfants de Dieu que nous rencontrerons peut-être après notre mort. Edmond Montaz

Mots-clés