Vacances d'été

du 29 juillet
au 19 août 2024

La librairie en ligne fonctionne normalement durant cette période.
Les commandes reçues après le 24 juillet
seront expédiées
dès le 19 août.
Bel été à tous!

Catalogue

Mon compte


Créer un compte

Newsletter

Pour être informé des nouveautés - des offres spéciales - des promotions, inscrivez-vous à notre lettre d'information!

 

 

Facebook

Retrouvez les Editions du Parvis
sur facebook!

Des nouveautés,
des prières de la semaine,
des infos, etc.

La lumière de la foi

«Dieu nous parle ou le Dialogue de Sainte Catherine de Sienne revisité pour notre temps» Extraits

Il est heureux que la dernière encyclique en cette année de la foi amène le concept de «lumière de la foi». Dans le «Dialogue» de Dieu le Père avec Catherine de Sienne, nous trouvons de nombreuses références aux concepts de «lumière» et de «lumière de la foi».

La lumière de l’intelligence

«Dieu vrai soleil /110» est la source de toute lumière. La «lumière» est ce qui permet de voir, donc de connaître: «Cette connaissance provient de l’intelligence, reflet de ma lumière; et l’intelligence est l’œil de l’âme /45». Cette métaphore du plan physique tournant autour de la lumière avec l’œil, la pupille est appliquée au plan de l’Esprit: un langage imagé qui est bien la signature de Dieu que nous connaissons dans l’Evangile.
Rappelons que l’intelligence fait partie des trois «puissances» de l’âme, les deux autres étant la mémoire et la volonté. Ces trois puissances sont aussi la projection de la Trinité dans l’âme, appelée parfois «trinité psychologique». Ce qui donne un contenu à la déclaration laconique de Dieu «J’ai fait l’âme à mon image /51» et montre sa proximité de toujours avec sa créature. La mémoire correspond au Père Créateur «pour nous souvenir de Ses bienfaits», et pas pour y stocker n’importe quoi! La volonté est donnée «pour aimer» (unique verbe d’action donné à l’homme et racine de tous les verbes d’action qui portent des fruits!), et elle est liée à l’Esprit Saint, dispensateur du «feu de l’amour.» Enfin l’intelligence correspond au Fils, dispensateur de la Sagesse «pour que vous puissiez comprendre ma Volonté». On voit comment ces trois puissances sont liées les unes aux autres, comme le sont les trois personnes de la Trinité.

La lumière de la foi

«Il m’a plu de créer l’homme à mon image et ressemblance avec beaucoup de dons, pour qu’il soit capable de me comprendre, de me goûter, en restant dans mon éternelle vision: voilà le projet originel (dans cette Création originelle, l’homme possède la claire-vision de Dieu et n’a pas besoin de la foi, c’est-à-dire d’une lumière pour voir). Mais pour qu’il arrive à cette fin après que le Ciel lui fut fermé par sa faute, J’ai dû utiliser ma Providence pour le ramener à la Vie de grâce /135».
«La lumière de la très sainte foi lui permet de voir et de connaître ma Vérité: cette lumière, l’âme la reçoit de l’Esprit-Saint, ce serviteur que Je lui ai donné; c’est une lumière surnaturelle que l’âme acquiert par ma bonté à force de travailler avec la lumière naturelle de l’intelligence /141.»
«C’est la lumière de la foi qui fait discerner, connaître et finalement suivre le chemin et la doctrine de ma Vérité, Verbe incarné (le Christ). Sans la foi, on voit comme avec un œil dont la pupille est voilée: si on a placé devant la pupille le voile de l’infidélité, issue de l’amour-propre (le péché originel), on ne peut pas voir la réalité. L’âme a l’impression d’avoir un œil mais ne voit pas, car elle est privée de la lumière /45. Elle va comme un aveugle, à tâtons, s’attachant à tout ce qu’elle rencontre /46».

La fin de la foi

La foi, est appelée vertu théologale avec la charité et l’espérance, c’est-à-dire «don de Dieu». La charité est la vertu racine. «Aucune vertu ne peut s’acquérir sans la charité parce que la vertu s’acquiert par pur amour de Moi /7».
A la fin du pèlerinage terrestre, «seule ma divine charité entre en Moi comme une souveraine, apportant le fruit de toutes les autres vertus qui restent dehors. La foi n’entre pas parce que ceux qui me goûtent font désormais l’expérience directe, en essence, de ce qu’ils ont cru par la foi /160».

Les trois «lumières»

«Il y a trois lumières qui sortent de Moi, vraie lumière:
1. La lumière commune: Tous ceux qui sont dans la charité commune la possèdent. Cette lumière est nécessaire pour avoir la Vie de grâce, sinon la personne ne discernerait pas le mal dans la faute et sa cause, et par suite ne pourrait éviter la faute et se tenir à distance de sa cause.
Les deux autres lumières concernent ceux qui se sont éloignés du monde et recherchent la perfection, ce sont la lumière de la raison et la lumière de la très Sainte foi.
2. La lumière de la raison: Sans la lumière de la raison, nul ne peut suivre la voie de la Vérité. Cette lumière de la raison, vous la trouvez en Moi avec l’œil de l’intelligence et la lumière de la foi.
3. La lumière de la foi: L’œil de l’intelligence doit voir à la lumière de la très sainte foi qui est la pupille de l’œil. Toute créature douée de raison (l’homme) a besoin de cette lumière pour participer à la Vie de grâce et au fruit du Sang de l’Agneau. Elle vous conduit à Moi, sinon, sans elle, vous arriveriez aux ténèbres /98».
Remarquons que «la lumière de l’intelligence» seule ne suffit pas pour se diriger vers le But, Dieu. L’intelligence est une «puissance» de l’âme, un outil, et donc relativement libre dans son utilisation par l’être. Le libre-arbitre lui permet d’être utilisée en bien ou en mal: «Le contenu de l’âme peut être de la haine ou de l’amour, car tant que vous êtes en cette vie vous pouvez haïr et aimer selon votre bon plaisir /94». Mais si «par définition le libre-arbitre est libre et a le pouvoir de dire oui ou non selon ce qu’il lui plaît, Je vous l’ai donné avec la lumière de la raison /119/144». Comment ne pas rester muet devant cette bonté et patience de Dieu «qui nous a donné l’être avec tant de feu d’amour! /18»

La raison et la foi

L’homme «est la créature douée de raison» possédant «l’être», une infime partie du «Je suis» divin, par opposition à l’animal «créature sans raison /140» (mais pas sans intelligence ni mémoire). C’est la raison qui caractérise l’homme. On a vu qu’il y a une différence entre la raison et l’intelligence. La raison est plus que l’intelligence, étant le produit de la coopération de l’intelligence et de la foi. Elle est l’œil complet avec sa pupille: la pupille est un diaphragme dont le but est de supprimer les rayons éloignés de l’axe optique, afin d’obtenir une image nette sur la rétine. Ici il s’agit d’obtenir une image nette de la Réalité ou Vérité.
 

Mots-clés