Mon compte


Créer un compte

Facebook

Retrouvez les Editions du Parvis
sur facebook!

Des nouveautés,
des prières de la semaine,
des infos, etc.

Témoignage

San Damiano

 

J’avais un calcul gros comme le pouce dans le rein gauche

Au cours d’un périple comportant la visite de plusieurs lieux de pèlerinages, l’auteur de ce témoignage devait, avec un car de pèlerins, se rendre à Dubrovnic, puis à San Giovanni Rotondo (Padre Pio) et à San Damiano, avant de retourner chez lui en Alsace.
Dans la nuit avant notre départ pour Dubrovnic, j’avais assez mal au ventre. Mon compagnon de chambre me donnait un calmant qui ne servait pas grandement. Je ne pouvais pas dormir. Les souffrances se calmaient un peu vers le matin et je pouvais partir. En cours de route, ça recommençait et j’ai dû vomir. Arrivant à Dubrovnic, je ne pouvais pas participer à la visite et je suis resté dans le car. Ça n’allait pas mieux et nous embarquions sur un ferry pour traverser l’Adriatique pour Bari (Italie).
Pendant la traversée, je me sentais de plus en plus mal et j’ai demandé s’il y avait un médecin à bord. C’était le commandant du navire qui venait s’occuper de moi et me faisait une piqûre pour calmer les douleurs, en me disant que j’avais une infection d’un rein et que je devais aller à l’hôpital.
Comme nous étions sur le chemin (prévu) de San Giovanni Rotondo chez le Père Pio, on décida de me mettre là-bas à l’hôpital.
Nous sommes arrivés vers 21 heures et on m’a tout de suite pris en charge. Après avoir fait des radios et des analyses, les médecins ont constaté que j’avais un calcul gros comme le pouce dans l’urètre du rein gauche et qu’il fallait opérer. Durant la nuit, on ne voulait pas opérer et j’ai dû attendre le matin. La nuit fut assez calme, mais j’étais couché et anxieux.
Le matin, le docteur est venu pour voir mon état. Je lui ai dit que je n’avais pas tellement mal et que je voulais reprendre le voyage. Ainsi, je serais le lendemain chez moi, en Alsace, pour me faire soigner à l’hôpital. En m’avertissant que je pouvais avoir une grande crise, les médecins m’ont laissé partir avec le groupe à 9h du matin. Par peur de vomir, je ne pouvais pas manger.
Nous devions passer la journée et la nuit dans le car pour arriver à San Damiano. J’avais toujours très mal, mais c’était supportable. Arrivant durant la nuit, je ne pouvais pas participer aux prières de 5 heures et je me reposais dans le car couchettes. Pendant ce temps, je priais pour que la Sainte Vierge vienne à mon secours. Ne pouvant pas dormir, je suis allé au Petit Jardin et j’ai bu de l’eau de la fontaine. Avant de boire, j’avais toujours mal au ventre, mais après avoir avalé quelques gorgées d’eau, je sentais que mes maux disparaissaient!
Les prières venaient de se terminer. Je me suis rendu alors à l’église pour assister à la sainte messe. Je n’avais plus mal!
On nous a servi le petit déjeuner à la ferme et je pouvais y manger un peu. A 11 heures, il y avait les prières et je pouvais y participer sans problème. Les remerciements furent grands à la Sainte Vierge pour le secours qu’elle m’avait octroyé. Merci encore mille fois!
Nous sommes repartis dans l’après-midi du samedi. De retour en Alsace le lundi, je suis allé voir mon médecin qui m’a prescrit une écographie et une analyse complète, que j’ai effectuée. Le résultat a été stupéfiant, car il n’y avait plus de calcul, mais simplement une irritation de l’urètre qui pouvait rapidement se résoudre.
Mes remerciements à la Sainte Vierge Marie furent une promesse: que je viendrai lui rendre visite à San Damiano; promesse que j’ai pu réaliser jusqu’à ce jour.
J S.

 

Littérature: