Mon compte


Créer un compte

Facebook

Retrouvez les Editions du Parvis
sur facebook!

Des nouveautés,
des prières de la semaine,
des infos, etc.

Brindisi

Brindisi - Italie

Apparitions de la Vierge de la Réconciliation, Reine Mère de l’Espérance, Médiatrice de toutes grâces

Par Christian Parmantier

Début juin, nous nous sommes rendus à Contrada Santa Teresa, à moins d’un kilomètre de l’aéroport de Brindisi (Italie), pour rencontrer Mario d’Ignacio. Depuis le 5 août 2009, la Vierge de la Réconciliation le gratifie d’apparitions privées et publiques, actuellement chaque 5 du mois. Jésus visite aussi Mario (qu’il appelle «Petit Mario de la Croix»), habituellement sans rendez-vous et quelques fois en même temps que la Madone, comme ce 5 juin 2012, pour la bénédiction annuelle de l’eau que les gens apportent avec eux, en rappel du baptême.

Dans la cour, en face de la grande porte d’entrée métallique coulissante, une croix a été dressée à la demande de Jésus le 25 avril 2011.
Nous n’avions pas annoncé notre visite. Madame d’Ignacio nous a bien accueillis et conduits vers la Madone devant le petit oratoire sous l’unique olivier, poussé au milieu de la cour, maintenant protégé, couronné par une barrière fleurie d’un jasmin exhalant un délicieux parfum. Une maison ferme la cour sur le fond. Pour se protéger des intempéries ou du soleil, un toit de toile a été dressé. Sur la gauche, une petite barrière sépare l’espace ouvert aux pèlerins du grand jardin potager agrémenté de quelques arbres. Depuis peu, on y a tracé un chemin sur le pourtour, afin de pouvoir y faire des processions certains jours.
Madame d’Ignacio, une fois mise au fait de nos intentions, a appelé son fils Mario qui est aussitôt revenu chez lui. Il nous a alors menés devant le petit oratoire au pied de l’olivier sauvage où lui apparaît la Madone. Nous lui avons confié cette rencontre.
En fait, nous souhaitions seulement prendre un rendez-vous, mais Mario s’est immédiatement rendu disponible pour répondre à nos questions.


Mario, commençons par une présentation?
Je suis né le 4 février 1984, j’ai donc 28 ans. J’ai toujours eu une vie simple, je suis un jeune comme tant d’autres. Comme ma famille, ma vie a toujours été celle d’un catholique pratiquant. J’ai toujours eu foi en Dieu, parce que j’ai été éduqué à croire au Seigneur.
Seulement je ne pensais pas que Jésus et la Madone pourraient se manifester si proches, se rendre si visibles, si actuels dans ma vie et me parler ainsi! Avant le contact avec Dieu, j’étais comme les autres personnes; je croyais que Dieu et la Madone existaient, je demandais leur aide, leur bénédiction pour ma vie, la santé, la force...
Dans votre enfance, avez-vous eu quelques signes prémonitoires ou dons spéciaux?
Pas de don particulier, mais quand j’étais petit, j’ai reçu une guérison de la Madone. J’avais sept ans, une très forte fièvre ne descendait pas. J’étais entouré de mes parents qui essayaient de contrôler ma fièvre élevée et une nuit, j’ai été guéri. J’ai vu une lumière dans la chambre à coucher, je pensais que c’était les parents qui avaient allumé la lumière. Au contraire, dans l’angle de la chambre, j’ai vu une petite dame, très belle, toute de lumière blanche, silencieuse. Je me suis mis à pleurer et à crier qu’il y avait cette dame dans la chambre; alors mes parents se sont réveillés et ils ont vu la lumière disparaître en devenant de plus en plus petite, et la fièvre a brusquement cessé. J’ignore si c’était la Madone, mais c’est fort probable. Une apparition silencieuse de préparation. Je pense que le message était celui-ci: «Je te guéris et un jour tu nous serviras.»
Ensuite quand les apparitions ont commencé, tout cela a changé. En réalité, Dieu opère dans l’histoire de chaque personne et dans celle de la société d’aujourd’hui.
La première apparition eut lieu ici même, le 5 août 2009 à Contrada Santa Teresa, vers 16 heures près de cet olivier sauvage. J’étais en train d’arracher des mauvaises herbes. Des globes lumineux ont attiré mon attention. Ces globes lumineux se sont unis et, à l’intérieur, ils ont laissé apparaître une très belle image céleste d’une jeune femme, qui n’avait pas plus de 18 ans. De teint olivâtre, elle portait un habit blanc, une ceinture dorée à la taille et elle était recouverte d’un vêtement bleu et d’un voile blanc. Elle avait une rose d’or à chaque pied nu. Elle tenait un chapelet dans sa main droite. Son voile, comme son corps était lumineux, je voyais une femme resplendissante qui rayonnait sa lumière.
Les premières paroles que la Madone a dites à cette occasion sont: «N’aie pas peur, je suis la Mère de Dieu, la Médiatrice de toutes grâces.» Ces paroles m’ont donné beaucoup de paix. Je me suis aussitôt rassuré et me suis immédiatement abandonné à cette présence.
Ensuite, la Dame a dit: «Je suis la Vierge de la Réconciliation, je désire être invoquée comme Vierge de la Réconciliation, Reine Mère de l’Espérance, Médiatrice de toutes grâces et que l’image soit diffusée partout1.»
Mario, qu’avez-vous éprouvé intérieurement à ce moment?
Un bouleversement intérieur. J’ai pensé: «Je vais mourir. La Madone est venue me chercher pour m’emmener.» Je savais que lorsque les personnes meurent, la Vierge et/ou Jésus venaient les chercher, prendre leur âme.


Comment avez-vous vu la Vierge dans la lumière?
Dans la lumière, la Madone s’est faite limpide, pâle. Au début elle était recouverte de lumière très blanche. J’ai réussi à voir sa silhouette, puis le visage très beau, d’un parfait ovale et ses très beaux yeux doux. C’est ainsi que nous l’avons reproduite sur l’image, avec la tête légèrement inclinée sur sa droite. La Madone vient toujours la tête inclinée, elle n’élève jamais la tête; dans son humilité elle s’incline toujours en signe de respect envers Dieu, envers ses enfants et toute l’humanité. «Je suis devant vous, parce qu’en vous habite le Dieu vivant, en vous réside l’Eternel.»
Il y a toujours une profonde théologie dans l’action et les paroles de la Vierge Marie. J’ai compris ça avec le temps, en méditant sur ses comportements, ses mouvements, sur la couleur de ses habits. J’ai progressivement fait très attention à tout cela. Parce que le message, c’est la parole, mais pas seulement. C’est aussi la manière dont la Vierge s’exprime et se manifeste au cours de l’apparition. Je souligne dans toutes les apparitions la manière dont la Madone se présente habillée, ce qu’elle fait, le signe de croix au début, l’inclination, sa salutation. J’y mets toute mon énergie pour transmettre ce qui est arrivé à ce moment, pour bien la représenter dans l’esprit des personnes. Dire ce qui est vraiment arrivé et que les gens n’ont pas vu mais qu’ils ont droit de savoir, lorsqu’ils sont venus pour prier et demander quelque chose à la Madone. Dire comment elle s’est présentée et ce qu’elle a dit.
Des gens me demandent: «Pourquoi est-ce que tu décris tout, comment la Madone est habillée, ce qu’elle a fait?...» Ils me disent: «Ecris le message, ça suffit.» Mais au contraire je dis que je dois écrire et décrire. Les personnes plus attentives veulent tout savoir. La première question que les gens me posent spontanément, c’est: «Comment se présente la Madone?»
Comment avez-vous réalisé son image?
Cette image a été réalisée avec l’aide d’un prêtre, qui au début des apparitions m’était proche. Il m’a dit: «Nous devons réaliser l’image de la Madone comme elle apparaît.» Donc il a trouvé l’artiste local qui a représenté la Madone. Je lui en ai fait la description et l’artiste l’a réalisée. Son image s’est aussitôt diffusée et les gens, quand ils la voient, sont touchés; ils disent: «Elle est très jeune et vraiment très belle. Elle me donne la paix.» La prière de consécration que nous avons inscrite au revers de l’image a été révélée par la Madone.
Sur votre représentation, je vois aussi une colombe devant la poitrine de Marie.
La colombe est de lumière, elle émane des rayons dorés. Depuis la première apparition, la colombe est toujours présente. C’est comme si elle sortait de la poitrine de la Vierge, puis virevoltait autour d’elle.
Elle est donc bien vivante!
Ce n’est pas une image, elle est vraiment vivante, cette colombe de lumière. Parfois, je médite sur la signification de cette colombe. Que veut dire le fait que cette colombe tourne autour de Marie? C’est le Saint Esprit qui entoure l’Eglise, Marie représente l’Eglise. Donc le Saint-Esprit œuvre et agit dans l’Eglise.
Quelle belle image, la colombe sort du cœur de la Vierge! Marie nous donne l’Esprit-Saint!
Dernièrement nous avons célébré la fête de la Pentecôte et dans l’Evangile, Jésus nous a dit: «Je ne vous laisserai pas orphelins.» Cette parole m’a touché. Et le prêtre dans son homélie a dit que le Seigneur nous a laissé sa Mère et l’Esprit Saint. Alors je me suis dit: «Enfin m’est révélée la signification de cette image.» Le Seigneur nous illumine surtout à travers les paroles du prêtre.
Vous ne l’aviez pas saisi précédemment?
Je l’avoue, je n’ai compris cela que maintenant, à la Pentecôte, c’est vrai.
La Madone apparaît, elle, mais pourquoi le Saint-Esprit apparaît avec la colombe? Le Seigneur vient donc nous dire «je ne vous laisse pas seuls, Marie, ma Mère et votre Mère, œuvre comme épouse avec le Saint-Esprit.» C’est aussi une image de la nouvelle Pentecôte. Le Saint-Esprit désire descendre et renouveler l’Eglise et le monde, et il veut toujours descendre par Marie, comme c’est arrivé au Cénacle, au temps de l’Eglise naissante. C’est donc un lien très fort avec l’Evangile.

La Vierge de la Réconciliation
et de Jésus

Quel est le sens symbolique de la ceinture dorée?
La couleur dorée signifie la royauté de Marie, Reine du Ciel. Le blanc signifie la pureté et la candeur. La lumière de la Madone n’est pas une lumière qui émane d’elle, mais c’est la lumière qui provient de la Trinité. C’est la lumière de Dieu. La Madone ne resplendit pas de sa propre lumière, mais de la lumière du Très Haut.
Et le halo qui l’entoure?
Le halo, c’est la lumière très blanche du Seigneur. Dans la vision on voit toujours le halo de lumière.
La position des mains est-elle toujours la même?
Au cours de l’apparition, elle change de position, elle peut aussi avoir les mains jointes, les mains ouvertes, comme une personne qui se meut quand elle parle. Parfois elle m’a serré les mains, donné un baiser sur le front; elle m’a embrassé. J’ai toujours senti la consistance de son être. Ce toucher a consolidé l’idée en moi que c’est réalité, ce n’est pas de l’imagination. L’imagination est différente. C’est vraiment une présence physique qui confirme tout.
Quand elle vous a touché, comment était-ce?
C’était quelque chose de furtif, rapide. J’ai ressenti chaque fois une grande joie qui m’accompagne toujours. Avec la Madone, même s’il y a des souffrances physiques ou morales, tu commences par les offrir au Seigneur, comme si elles ne pesaient plus. Tout devient doux avec la Madone, même la souffrance. Tu sens que c’est
elle qui te soutient, qui ne t’abandonne pas, elle te guide, te dirige. Une confiance absolue en Marie m’habite. Ayez une grande confiance en elle. Cette grande confiance en Marie m’apporte consolation, paix et joie.
Comment les choses se sont passées quand elle a commencé à vous apparaître?
Après l’apparition, je l’ai immédiatement racontée à ma famille. Je leur ai dit ce que j’avais vu et ils sont restés bouche bée: «Mais toi! Que nous dis-tu?» Au début, ils étaient étonnés. Et ce 5 août, la Madone m’a dit qu’elle apparaîtrait tous les vendredi.
Donc ma famille est venue avec moi et priait avec moi chaque vendredi pendant 10 mois. Elle assistait à l’apparition. La Madone est toujours apparue à l’olivier.
A quelle heure?
Nous commencions la prière à 16 heures. Il n’y a pas d’horaire fixe pour l’apparition. Vers 17 heures, la Madone apparaît, au cours de la prière du rosaire, nous prions tous les mystères des quatre chapelets.
Nous chantons, lisons des messages, nous prions. C’est très beau.
Ensuite, ils ont vu une grande hostie descendre, avec dessus, le cœur de Jésus dessiné, puis la Madone, d’un rayon de lumière, comme si elle rompait l’eucharistie, puis ils m’ont vu la manger, puis ils ont vu les stigmates.
Toujours uniquement avec la famille?
Seulement les premières fois. Ensuite, la nouvelle s’est répandue et de nombreuses personnes sont venues des citées voisines. Moi, j’ai parlé aux parents, mes parents ont parlé à la famille, aux amis… puis sont arrivés les journaux locaux, ils ont pris des photos et ils ont écrit sur cette apparition. Aussitôt les gens ont accouru.
Quand exactement?
Après plusieurs mois. Il y a eu un temps de préparation et cela a été bien comme ça, sinon je n’aurais pas su comment me comporter. J’étais inexpérimenté, je n’avais pas l’expérience de la foule, mais avec le temps, j’ai acquis de l’assurance, des dons; c’est la Madone qui me donne de les développer. Je ne savais ni parler, ni bien m’exprimer. J’étais renfermé, timide, je n’avais de contact avec personne. Ce m’était inimaginable de penser que je puisse parler à des personnes, à une foule.
Et peu à peu, avec les messages, il y a eu une croissance en moi, la Madone a amélioré mon langage. Cela a été aussi une croissance intellectuelle, j’en suis sûr. Je me disais: «C’est moi qui parle, mais comment est-ce que je fais?» Comment est-ce que je pouvais dire ces choses que je n’ai pas étudiées, que je ne connaissais pas. Je m’émerveillais de moi-même. C’est une belle chose.
Quelles études avez-vous faites?
J’ai fait l’école hôtelière. Des études pratiques. Ce qui est beau, c’est que Notre Dame prend des gens simples, pratiques, des gens du commun, comme le Seigneur a choisi les apôtres, puis il les a amadoués. Il les a rendu capables de témoigner, pour qu’ils puissent toucher les gens simples. Ce message céleste est un appel à la conversion et à la réconciliation avec Dieu.
Les messages ont-ils été accompagnés de signes?
Les phénomènes solaires sont les premiers que la Madone a donnés. Durant la prière, on voyait le soleil s’agrandir, puis il pulsait et tournait sur lui-même et changeait de couleur. Les gens disaient: «Regardez le soleil! Regardez les couleurs!» et ils voyaient comme des cercles. Certaines personnes se sont évanouies.
C’était au cours de l’apparition?
Oui, les gens voyaient ces signes pendant que j’avais l’apparition. Les journaux locaux l’ont raconté.
Ont-ils rendu les faits de manière juste?
Ah oui, absolument. Ils disaient que le jeune homme a eu une apparition, que la Vierge a dit ceci… Qu’il y avait des centaines de personnes à voir le phénomène du soleil.
D’autres signes ont-ils été reçus?
Dans l’article sur les apparitions à Brindisi, une erreur de mise en page rendait le texte peu compréhensible. Il fallait lire:
1ère colonne en bas:
Autres signes, j’ai reçu la communion plusieurs fois.
Le 13 novembre 2009, c’était une grande hostie lumineuse que les personnes présentes virent tous se déposer délicatement sur mes mains. C’est la Madone qui l’apportait. Un rayon de lumière la rompit et ainsi j’ai pu me nourrir de Jésus. Cette communion s’est répétée le 30 avril 2010 et la dernière fois c’était le 5 février 2012. Ces hosties étaient plus petites et c’est Jésus qui me les a données.  Tous les ont vu descendre et se poser sur ma langue. Il y a aussi des photos de ces miracles.
Des gens disent: «Mais, l’Eucharistie est présente dans l’Eglise, Jésus est présent dans l’Eglise!» En fait, la Madone a dit qu’ils ont pris les hosties consacrées des tabernacles et les ont apportées sur le lieu des apparitions.
C’est toujours un rappel à l’Eucharistie. J’ai pensé cela: la Madone apporte la communion et elle permet qu’advienne une grande adoration eucharistique. En quelques secondes, les gens ont vu l’hostie et se sont agenouillés, ils ont pleuré, ils ont demandé pardon. Ils ont prié et loué le Saint Sacrement.
N’est-ce pas un miracle et un message fort de la Madone pour faire comprendre que l’Eucharistie, c’est Jésus? La Madone, quand elle parle de Jésus, se réfère toujours à l’Eucharistie. Pour la Madone, l’Eucharistie, c’est Dieu. C’est pour cela qu’elle dit sans cesse: «Adorez mon Fils dans l’Eucharistie. Faites donc des visites le soir à Jésus au tabernacle.» L’Eucharistie est toujours au centre. Comme si nous n’avions toujours pas compris qui est l’Eucharistie. Nous l’avons réduit à un symbole et la Madone dit que ce n’est pas un symbole, «c’est le Corps de mon Fils». C’est comme si la Madone avait un grand plan, je dirais même à la action du mal qui visent à détruire la valeur de l’Eucharistie et par suite l’Eglise. La Madone est très triste pour ce qui est en train d’arriver.
L’Eucharistie n’est pas comprise.
Après cela, la Madone a exsudé du sang. L’université de Bari après analyse du sang de cette statue de N.D. de Fatima a déclaré que c’est du sang humain.
Dans cette lunule, vous pouvez voir quatre «gouttes» de sang séché. La Madone a dit que ce sang coagulé représentait son Cœur brisé en morceau à cause de cette humanité apostate. La Madone a manifesté sa grande douleur le 5 mars 2011. Fait extraordinaire, le 11mars, il y a eu le tremblement de terre et le tsunami au Japon3. Cette grande catastrophe avait été annoncée ici le 5 janvier 2011 quand la Madone a montré un tremblement de terre et une cité entièrement détruite et qu’elle a annoncé qu’il y aurait un danger nucléaire.
Jésus a donné une explication dans un message des jours suivants: «Le sang qui a exsudé du front est un rappel du couronnement d’épines et de la sueur de sang à Gethsémani.» Marie, la Co-rédemptrice, dit: «Voyez, j’ai souffert comme Jésus a souffert; dans mon cœur, j’ai ressenti cette douleur.» Et Jésus a montré à travers Marie, sa douleur. Donc la Mère et le Fils sont unis dans une union et fusion d’amour particulière.
Autre signe, la statue de la Madone de Fatima placée dans le petit oratoire en mai 2010, a exsudé de l’huile parfumée le 4 juillet 2012 pour la première fois, durant la veillée de prière. Elle a encore exsudé au cours des veillées successives et parfois les 5 du mois. La dernière exsudation remonte au 4 mai 2012. L’huile très parfumée est absorbée par les mouchoirs et donnée aux pèlerins présents. On y trempe le chapelet des fidèles. Cette huile, c’est l’onction de Dieu sur nous.
(A suivre)

Voir aussi le site officiel des apparitions

Notes:
1. Image non disponible actuellement.
2. La grande hostie ne pouvait être déposée sur la langue, elle devait être fractionnée auparavant.
3. A noter: 11 septembre 2001 les tours jumelles de New York; 11 mars 2004, attentat à Madrid; 11 janvier 2009, tremblement de terre à Haïti; 11 mars 2011, tremblement de terre suivi du tsunami au Japon.

 

Pour arriver à la propriété de la famille d’Ignacio

Partant de l’aéroport, au rond point, prendre la première sortie à droite, puis la première à droite, et immédiatement la petite route à gauche, c’est la Contrada Santa Teresa, avancer vers la fin de la route et prendre à gauche, au bout de l’impasse.
Voir sur: www.maplandia.com/italy/puglia/brindisi/brindisi/